carnet de bord

A Notre Dame de Monts, un Printemps dédié à la création artistique et la liberté de ton

Le week-end de l’ascension accueille chaque année la Déferlante de Printemps. Cet événement, comme tant d’autres, a dû été annulé. Chaque ville a souhaité, à travers un texte, et une photo des années précédentes, à partager un souvenir, une description, une anecdote.

  • La Déferlante de Printemps à Notre Dame de Monts, c’est comment ? 

La dimension de la commune de Notre Dame de Monts et son aménagement urbain au croisement de la forêt domaniale et de l’Avenue de la Mer en font un lieu incroyablement adapté à toutes formes de créations : Théâtre intimiste en forêt ou au Jardin du Vent, Cirque grand public au pied du gradin bois sous les cyprès ou sur le remblai face à la mer, spectacle en soirée à l’abri des embruns au Pré-de-la-cure, déambulation dans l’avenue de la mer…

Petite particularité de la commune, chaque année les adolescents de l’Espace Jeunes se mobilisent pour accueillir le public pour des moments de pause entre deux spectacles autour de la Ludo Carlo. Une ludothèque en caravane construite il y a quelques années par les jeunes sous le compagnonnage bienveillant de Lucie de la compagnie Betty Boi’Brut, bien connu des amateurs des amateurs de La Déferlante.

Le public est constitué de fidèles habitués, mais aussi de touristes de passage qui souvent sont très surpris par la liberté de ton et la qualité artistique.

  • Un événement marquant ?

Le souvenir mémorable de La Déferlante de printemps reste sans conteste le spectacle de la compagnie Cacahuète L’Enterrement de Maman, dans lequel une famille, qu’on imagine sortie d’un film italien des années soixante, déambule à travers la ville avec le cercueil de leur aïeule en quête du meilleur (ou pire) emplacement pour son repos éternel. A Notre Dame de donc, le cortège s’élança du parterre de l’église, en passant chez le boulanger pour voir si le four était assez grand pour une crémation, puis par le PMU, pour boire un demi sur le cercueil en souvenir de la mémé avant de traverser la départementale et de bloquer la circulation en plein pont de l’ascension provoquant un embouteillage de quelques kilomètres!
Pour la petite histoire, la blague a valu une belle remontrance au programmateur de la part de la police municipale !

Crédit photo : Vincent d’Eaubonne